Crêpes et voyages

VIS MA VIE: DANS UN ASHRAM

Comme tu me suis sur ma page facebook (bien entendu), tu te rappelles que je t’avais fait un rapide topo de là où je me trouvais ces derniers temps, car depuis fin septembre, je bouge pas mal en fait. De Perth à Bali, puis de Brisbane à Melbourne, et dernièrement, j’étais de nouveau en transit pour rejoindre ma nouvelle destination, le Cambodge !

Prendre autant l’avion me fait aussi réfléchir depuis l’année dernière sur mon impact écologique je dois t’avouer… Je pense sérieusement à revoir ma manière de voyager à mon retour en France. Mais ça, c’est un autre débat !

Je t’avais dit aussi que je te parlerai en temps et en heure de mon expérience dans un Ashram. Et bien voilà on y est. Lève la main si tu sais ce que c’est ?! Je n’en avais aucune idée avant d’y aller. C’est quand j’étais encore à Melbourne et que je cherchais un volontariat à faire en Australie, que je suis tombée sur leur profil sur le site de workaway.

A première vue, l’Ashram où je devais me rendre à Fremantle sur la côté ouest (vers Perth) ressemblait à une grande maison un peu à l’écart de la ville, où je devrais faire de la méditation pendant 1h tous les matins, pratiquer le yoga et ce qu’ils appellent le karma yoga (les différentes tâches à faire pour les volontaires), participer à des cérémonies en chantant des mantras, assister à des groupes d’étude en soirée, et faire « voeu » de silence à partir de 21h le soir, pour mieux réfléchir à la journée écoulée et pouvoir se retrouver avec soi-même.

Un endroit en somme, où prendre le temps de faire une pause pour réfléchir sur sa vie, le sens que l’on souhaite lui donner, grandir spirituellement parlant, et trouver davantage de paix et de sérénité en soi-même. Du moins, c’est comme cela que je le définirai. Chaque Ashram a son histoire et son nom propre. Celui-ci s’appelle « The Sivananda Ashram Beacon Yoga Centre ».

De ce que j’ai compris, ce serait Swami Sivananda qui aurait dit à Swami Venkatesananda d’ouvrir un Ashram à Perth en Australie. Je ne vais pas partir dans des explications de ouf pour te raconter tout ça, je n’ai moi même pas eu toutes les informations. Ce que je peux te dire en revanche, c’est que le mot « Swami » est un titre honorifique qui signifie en sanskrit: celui qui sait, qui est maître de lui-même. Voilà, tu sais tout ce que je sais. 😉

Tout le monde peut y aller, sans distinction d’ethnie, de religion, d’âge, de sexualité et j’en passe. C’est un aussi un lieu non-sectaire sans religion ou gourou.

Donc non, je ne suis pas allée chanter nue dans les bois en proclamant ma foi et mon amour pour le gourou de ma secte ! 😉 T’es déçu(e) ?

D’ailleurs en fait, Ashram est un mot en Sanskrit, qui veut dire « lieu d’effort spirituel et physique ». Le Sanskrit, pour te dire ce que c’est, c’est une langue Indo-européenne.

Ouais ouais, j’ai appris pleins de choses là-bas, mais là en fait c’est google…

Et bah, tu sais quoi ?! Je peux te dire qu’après 2 semaines passées là-bas, ça m’a fait carrément du bien putain! Et que si j’avais pu, j’y serai restée plus longtemps. Mais ils n’avaient plus de place, alors je suis allée à Bali à la place (ohhhh… too bad….).

Ça a été super intéressant de vivre là-bas pendant 2 semaines et d’expérimenter des choses totalement nouvelles. Genre, assister à une cérémonie de pleine lune, en chantant des mantras et jetant des trucs dans le feu, ou encore participer au « sound healing » (désolée, je sais pas du tout ce que c’est la traduction en français), ou encore les soirées chants du dimanche soir.

Bon, j’ai pas non plus été qu’en mode spirituel, hein faut pas croire. Je me suis aussi tapée des bons fous-rire avec les autres volontaires et les résidents. Celui qui m’aura le plus marqué, c’est celui avec Andrea pendant la soirée chant… Comment te dire à quel point c’est chaud, mais vraiment chaud, quand tu commences à te taper un fou-rire nerveux mais que tu es obligé(e) de l’étouffer parce que tu ne peux clairement pas éclater de rire à l’endroit précis où tu te trouves… Plus je regardais Andrea et je l’entendais contenir son rire et plus je me cachais dans mon pull pour tenter de me calmer, souffler, et contrôler moi-même mon fou rire… Putain, c’était chaud ! Je m’en souviendrai de celui-là.

Je l’ai souvent dit, enfin je crois… Faire du bénévolat dans les pays où je passe est toujours un super moyen d’aller vraiment à la rencontre des locaux. Parce que clairement, des Australiens, et bien je n’en ai pas rencontré beaucoup au final. Et en même temps, ce n’est pas si facile que ça. On peut rencontrer des Australiens, mais tenter d’établir une vraie connection avec eux, voir même une amitié, et là, ça devient plus compliqué.

J’ai régulièrement eu cette conversation avec des potes ou des gens que j’ai rencontré en voyage. C’est très intéressant de voir les différences culturelles à ce sujet. Mais ce n’est pas la première fois que j’entends ça en fait : Nouvelle Zélande, Australie ou Etats Unis, l’amitié ne semble pas refléter la même chose chez eux que chez nous, en France ou en Europe même.

J’ai l’impression que chez nous, l’amitié est bien plus forte et plus solide qu’ailleurs. Mais je peux me tromper. Je n’ai pas la science infuse. Et toi, si tu as déjà voyagé, quel est ton avis sur la question ?

Non vraiment, c’est un sujet sur lequel les discussions sont passionnantes je trouve.

Mais je m’égare ! Ahah ! Je disais quoi d’ailleurs déjà avant ça… ? 🙂

Ah oui ! Faire du bénévolat pour aller à la rencontre des locaux. Oh putain, j’ai dévié. Donc oui, dans cet Ashram, pendant 2 semaines, j’ai vécu avec des Australiens : Jordy, Belinda, Lisa, et Katryn. Et j’en ai cotoyé d’autres.

Uwer est Allemand, quant à Chinmaya, je ne sais pas du tout si elle est Australienne en fait. Eux 2 sont les « house managers » de l’Ashram, c’est leur maison à l’année. Ils sont aussi professeurs.

Et puis il y avait aussi comme autres volontaires Andrea (merde, je sais plus si c’est Chili ou Argentine…), Lavigna (Allemande), Ying (Singapourien vivant au Canada), puis est arrivé quelques jours avant mon départ Rémi (Français), qui avait déjà été volontaire quelques mois auparavant.

Dans cet Ashram, il y avait quelques règles à respecter. Comme dans tous les Ashrams en fait. Mais quelles sont-elles me demanderas tu ? Et bien les voici :

  • De la viande et du poisson tu ne mangeras pas (ça va, c’était pas trop difficile pour moi)
  • Des cigarettes, tu ne fumeras point
  • De l’alcool, de boire tu t’abstiendras
  • De fermer ta gueuleDe faire silence, de 21h à 7h30 tu feras
  • Tes repas, aux horaires indiquées, tu prendras : 7h30/8h30 petit déjeuner, 12h30/13h30 déjeuner, 17h30/18h30 (oui oui, 17h30, tu n’hallucines pas ! Je n’ai jamais dîner aussi tôt de ma vie…)
  • Ta prière avant de manger, à chaque fois tu réciteras (ça aussi c’était comique, on y arrivait pas avec la prononciation)

J’ai souvent cuisiné là-bas, car cela faisait partie de mes tâches à faire en journée. Mais bon il y a une différence entre faire des crêpes et cuisiner. Ça a donc été un nouveau challenge pour moi de préparer à manger parfois pour 10 personnes avec ce qu’il y avait dans les frigos et placards. Je m’en suis plutôt bien tirée au final, et j’ai aimé ça.

J’ai aussi fait de la soupe pour la première fois de ma vie…. Non, ne me regarde pas comme une alien, je te jure que je n’en avais jamais fait jusqu’à présent… Dingue non ? C’est tellement simple à faire…

Et puis, comme c’est souvent ce qu’il se passe lorsque je dis aux gens que je suis crêpière, enfin tout du moins quand ils finissent par comprendre ce que je fais vraiment, car avec mon accent quand je leur dit « I’m a crepes maker », ils ont plutôt tendance à comprendre « I’m a craps maker » (crap=merde, tu le vois le côté comique maintenant…), on m’a demandé si je pourrai leur en faire.

Mais avec plaisir que je pourrai vous en faire ! Mais bon, pour rajouter une petite difficulté, je ne peux pas utiliser d’oeufs bien sûr…

Ah bah oui, parce que j’avais oublié de te dire que parmi la nourriture interdite à l’Ashram, les œufs en font partie. Tout comme les oignons, les échalotes et les champignons… Dû au fait qu’ils produisent quelque chose dans notre corps qui n’est pas propice pour la méditation, pour rester concentrer en tout cas. Un truc dans le genre.

J’ai donc fait des crêpes sans œufs et vegan tant qu’à faire car l’une des résidentes ne mangent pas de produits laitiers. Pour ajouter un petit peu plus de difficulté, il n’y avait carrément pas de poêle ! Ou en tout cas, je l’ai trouvé plusieurs jours plus tard… 🙂

Ça a été une vrai galère pour les faire ses crêpes putain! Ça collait, je me brûlais, elles étaient trop épaisses… Bref, l’horreur quoi !

C’est là que j’ai regretté le cadeau de mes collègues pour mon anniversaire l’année dernière. Ils m’avaient offert une carte cadeau pour que j’aille chercher moi même ma poêle pour aller faire des crêpes chez les gens. J’ai adoré l’idée bien entendu ! Mais le temps a passé, j’ai eu le temps de réfléchir (et donc de me dire que voyager avec une poêle dans mon sac à dos n’allait pas être simple), et l’hiver est arrivé, et j’ai eu besoin d’une veste… lol

Mais ils ont tous apprécié ces crêpes, et au final c’est tout ce qui compte. (J’espère bien putain, après le mal que je me suis donnée !)

J’ai adoré vivre là-bas, ça a été une expérience des plus enrichissantes, et aujourd’hui, j’essaie vraiment de continuer à pratiquer la méditation, parce que ça m’aide beaucoup!

C’était la première fois depuis bien longtemps que je refaisais des crêpes à domicile. Et c’était plutôt cool je dois avouer (malgré les brûlures 😉 )!

J’ai adoré aussi Fremantle! Cette petite ville est super sympa, et je m’y suis sentie super bien. Franchement j’y serai bien restée plus longtemps. Il y a quelque chose avec cette ville, je sais pas, c’est l’atmosphère qui y règne sans doute…

Je te dis à tout bientôt.

Allez bisous!

#lescrepescestlavie 🙂

Je suis toute ouïe si tu as quelque chose à me dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s